Prévenir la dépression automnale

Manque d’énergie, de motivation. Anxiété, désespoir. Pas de panique, ce n’est que l’automne qui arrive. Un Français sur 10 souffre chaque année, à la même période, de la fameuse dépression saisonnière. La dépression automnale, comme on dit. Et le principal coupable, c’est la lumière. À l’approche de l’hiver, la nuit tombe plus vite. Le soleil décide de prendre congé et notre organisme ne synthétise plus assez de vitamines D… Résultat, le moral est en berne. Mais tout n’est pas perdu ! Aujourd’hui, je vous dévoile quelques astuces pour ne pas passer les prochains mois au fond de votre lit.

L’assiette anti-déprime

L’asthénie automnale se caractérise notamment par des accès de boulimie. Cet appétit de géant qui a principalement envie d‘engloutir des sucreries. Or, notre alimentation peut être un véritable allié anti-dépresseur. À condition bien évidemment de connaître les aliments qui nous font du bien à la santé, mais surtout au moral.

Les glucides

Dans un premier temps, on fait le plein de glucides. En effet, outre leur apport en énergie à nos cellules et notre cerveau, ils sont de superbes alliés pour augmenter notre taux de sérotonine, hormone du bonheur.

Mais attention, on ne se rue pas sur n’importe quels glucides. On opte surtout pour des sucres lents : la pomme de terre, les haricots, les lentilles, les pois chiches.

On ne lésine pas avec les céréales complètes non plus. Riz complet, pain complet, pâtes au blé complet, épeautre, quinoa, couscous. Riches en glucides complexes, et protéines, ces aliments possèdent une quantité importante de vitamines B, essentielles pour le bon fonctionnement de notre système nerveux.

Les oméga-3

Le poisson est votre meilleur ami. Riche en acides oméga-3, il permet de lutter contre la dépression, le stress, la fatigue… Surtout, il agit positivement sur la production de sérotonine ainsi que la dopamine, hormone du plaisir. Saumon, maquereau, thon, sardine… On fonce chez le poissonnier pour se faire de bons petits plats.

Les fruits

C’est aussi l’occasion de faire le plein de fruit, mais pas n’importe lesquels. On les préfère de saison. Pomme, poire, mûre, figue. Cette dernière est particulièrement riche en sucre, minéraux, fibres, protéines et vitamine de groupe B. Ce qui en fait un excellent allié pour prévenir/ lutter contre la dépression saisonnière.

Le tryptophane

Kézako, me direz-vous. Il s’agit d’un acide aminé qui est essentiel à la synthétisation de la sérotonine. Malheureusement, le corps humain n’en produit pas naturellement. Il est donc de notre devoir de lui en apporter via notre alimentation.

Graine de courge, soja, amande, noix de coco, avocat, chocolat ! On se faire plaisir. Qui plus est, le chocolat est également composé de théobromine, une substance organique qui provoque une véritable sensation de bien-être. Ce stimulant doux améliore votre humeur comme le ferait un antidépresseur. En voilà une bonne excuse pour manger du cacao…

Et la lumière fût

Même si la science ne permet pas encore d’expliquer réellement ce phénomène de dépression automnale, il est clair que l’absence de lumière en est la principale cause. Par conséquent, l’une des meilleures façons de prévenir la déprime, c’est de prendre l’air !

On arrête de rester enfermé chez soi à ruminer. On lève ses fesses et on va prendre un bon bain de soleil. L’idéal, c’est de pouvoir passer au moins une heure par jour au grand air. Un peu plus longtemps par temps de grisaille.

De la même manière, on essaye au maximum de faire entrer la lumière naturelle dans nos chaumières. La lumière du soleil est le meilleur moyen de se redonner du baume au cœur !

Sans rigoler, il favorise automatiquement la production d’hormone de la bonne humeur.

La luminothérapie en prévention

Vous avez déjà entendu parler de luminothérapie ? Également appelé héliothérapie ou photothérapie, c’est une pratique qui consiste à s’exposer quotidiennement à une lumière blanche dite de larges spectres. Prescrite sur avis médical, cette technique est efficace dans plus de 75 % des cas, et ce, dès la première semaine de thérapie.

Envoyé directement sur le visage, cette lumière blanche de 10.000 lux a été conçue pour imiter au mieux le rayonnement du soleil. Il suffit de placer cette lampe pour une durée de 30 minutes à environ 30 centimètres du visage.

Ainsi, elle envoie au cerveau – via la rétine – des signaux électriques qui agissent directement sur les neurotransmetteurs. Conclusion : elle provoque la production de mélatonine qui influence alors notre humeur et notre horloge biologique.

En effet, la baisse de luminosité provoque chez certains d’entre nous une véritable désynchronisation de l’horloge interne. De ce fait, la sécrétion de mélatonine ne se fait plus correctement et peut amener ainsi à une fatigue palpable et un sentiment de ralentissement.

On reste actif !

Une autre des conséquences de la dépression saisonnière est l’isolement sociale. Alors rien de mieux pour prévenir ce mal que de rester actif et de prendre soin de son corps. L’activité physique est un excellent moyen de fabriquer des endorphines et de booster notre organisme. D’ailleurs, dans notre article 11 méthodes de relaxation, j’avais déjà évoqué tous les bienfaits du sport dans mon quotidien. Tant qu’à faire, on hésite pas à pratiquer un sport en extérieur, de préférence le matin. On fait d’une pierre deux coups !

Et puis l’automne, c’est cocooning. Quoi de mieux qu’une après-midi chill devant Netflix avec un plaid et un bon chocolat chaud ? L’automne, c’est aussi l’occasion de se recentrer sur soi-même.

Et toi, quels sont tes solutions anti-déprime ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *