3 livres féministes à (re)lire pendant le confinement

En cette période toute particulière de confinement en France, vous avez du temps à tuer. Un peu trop à votre goût, d’ailleurs. Mais malgré cette crise, il faut faire mauvaise fortune bon cœur : vous avez aussi enfin du temps pour lire !

Le combat pour l’égalité hommes-femmes est plus que jamais sur le devant de la scène. C’est pourquoi je vous ai préparé une liste de 3 livres féministes à mettre entre toutes les mains : les vôtes, celles des hommes autour de vous, et même dans les mains des jeunes filles qui cherchent à mieux comprendre la place de la femme dans notre société.

La servante écarlate, de Margaret Atwood

L’autrice Margaret Atwood

Margaret Atwood est une romancière canadienne. Son roman “La servante écarlate” (“The Handmaid’s Tale” en anglais) a fait d’elle l’une des autrices canadiennes les plus renommées. Considérée comme une féministe d’avant-garde et aujourd’hui âgée de 80 ans, elle prend toujours la parole en faveur des femmes et de leurs droits.

Un roman dystopique

Peut-être connaissez-vous l’histoire grâce à la série HBO du même nom, sortie en 2017 ? Publié en 1985, le roman est toujours autant d’actualité. Il décrit un futur dystopique, où la pollution et les déchets toxiques ont tellement contaminé l’atmosphère que la plupart des nouveau-nés ne survivent pas. Un organisme religieux prend alors le pouvoir et soumet les États-Unis à une dictature. Les femmes sont à la merci des hommes et divisées en classes : les Épouses dominent les foyers, les Marthas nettoient et cuisinent, les Servantes sont fertiles et doivent donner naissance à des enfants sains, et les Tantes forment ces mêmes Servantes à leur nouvelle fonction.

On suit Defred (alias June) au cours de l’histoire, une Servante qui doit donc mettre son corps et son utérus au service de son Gouverneur, l’homme dont elle dépend. Pas de sortie de secours ni de chances de s’échapper. Sa seule chance de survie ? Tomber enceinte, grâce aux Cérémonies où son Gouverneur a l’autorisation d’abuser d’elle et de la féconder.

L’utilisation du corps de la femme

Ce livre est une fiction, et pourtant il résonne dans l’esprit de chaque femme. Si le taux de natalité venait à drastiquement baisser, qu’en adviendrait-il des femmes toujours fertiles ? Auraient-elles la liberté d’utiliser leur corps comme bon leur semble, ou bien seraient-elles prises en otage comme dans “La Servante écarlate” ? C’est donc une ode pour la rébellion contre la violence misogyne et la marchandisation du corps des femmes.

Descente au cœur du mâle, de Raphaël Liogier

Découvrez Raphaël Liogier

Raphaël Liogier est un philosophe et sociologue français. Ses domaines de prédilection portent notamment sur les mutations identitaires, les mythes et croyances contemporaines, et les constructions imaginaires collectives. Auteur de pas moins de 15 ouvrages sur ces sujets, il livre dans “Descente au cœur du mâle” une remise en question de la virilité moderne.

Dans la lignée des mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc

Après avoir vu le déferlement des tweets et des posts sur les réseaux sociaux portant les hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc, Raphaël Liogier a décidé qu’il était temps pour lui de sortir du silence. La parole des femmes se libère enfin et les hommes doivent questionner leurs privilèges : c’est ce qu’on appelle le Female Gaze. Dans ce livre, l’écrivain ne se penche donc pas simplement sur les conséquences du patriarcat, mais sur ses causes.

Historiquement, pourquoi les hommes incarnent-ils une virilité qui nie la volonté des femmes ? Quelles sont les racines de cette injustice ? De quoi ont-ils peur ? Pourquoi la puissance féminine les angoisse-t-elle au point de mettre en place un contrôle total et absolu de cette dernière ?

Comment expliquer des millénaires de suprématie masculine

Parler des femmes lorsque l’on est un homme, cela peut poser des questions de légitimité. Raphaël Liogier a donc décidé de parler du regard des hommes sur les femmes.

Il remonte d’abord jusqu’au Paléolitique, où les femmes étaient privées de nourriture carnée, pour les inférioriser en termes de statut social. Puis il traite de la possession du corps féminin par les hommes et leur appropriation de l’acte sexuel pour établir leur contrôle. Raphaël Liogier parle aussi de la diabolisation de toutes les femmes qui cherchent à s’émanciper : d’abord qualifiées de sorcières, puis d’hystériques, puis de prostituées. Pour petit à petit arriver dans notre société contemporaine et s’attaquer au sujet épineux de la culture du viol et de l’orgasme féminin.

Alors si vous êtes intéressées par le féminisme et les mécanismes psychologiques et sociaux qui ont mené à l’installation si profonde d’une société patriarcale, je ne peux que vous conseiller ce livre. C’est un essai pertinent et bien écrit, qui permet une forte compréhension des schémas et des relations hommes-femmes.

King Kong Théorie, de Virginie Despentes

Qui est Virginie Despentes ?

Virginie Despentes est une écrivaine et journaliste française. Auteure controversée, elle passe rarement inaperçue. Ses œuvres sont engagées et sulfureuses : Virginie Despentes ne fait pas dans le politiquement correct. Elle écrit avec un style cru, comportant beaucoup d’humour et d’ironie. Mais surtout, son écriture est honnête et elle n’a pas peur de dire les vérités qui dérangent. Ses thèmes préférés ? Les femmes, le sexe et la violence.

Un essai autobiographique

Virginie Despentes écrit pour toutes les femmes. Et surtout pour celles qui ne rentrent pas dans une case, qui ne correspondent pas à une norme. “King Kong Théorie” est un manifeste féministe, mais ce n’est pas un essai intellectualisé. Il se veut accessible et abordable pour toutes. L’autrice appuie ses idées grâce au récit de ses propres expériences : son agression, sa période de prostitution, son premier succès national avec son premier roman. Elle parle de ce qu’elle connait et de son vécu. Et elle s’en sert pour se réapproprier un discours féministe édulcoré et bien pensant, et fait tomber les tabous.

La déconstruction identitaire féminine

Ce livre a pour but de déconstruire les identités féminines et masculines, jugées trop binaires par l’autrice. Les femmes doivent se libérer du regard des hommes, mais aussi d’autres femmes. Chaque idéal imposé par la société n’existe pas. Ce sont de simples constructions, des normes dictées. Virginie Despentes prend alors la parole, de façon plus que décomplexée, pour l’émancipation des femmes vis-à-vis de la domination masculine.

Lequel de ces livres vous tente le plus ? En avez-vous déjà lu certains ? Je ne peux que vous conseiller de profiter du confinement actuel pour prendre l’un de ces bouquins entre vos mains, et vous faire votre propre opinion ! Et si le sujet du féminisme n’est pas votre préféré, regardez notre sélection de belles lectures pour trouver l’inspiration.

Dites-moi tout en commentaire, et je vous souhaite bon courage en cette période particulière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *