Célibataire et heureuse, c’est mon choix

Ces 4 dernières décennies, le nombre de célibataires n’a de cesse d’augmenter. Il n’en reste pas moins que le schéma traditionnel, vecteur de « normalité », repose sur le couple et la famille.

Encore aujourd’hui, « célibataire et heureuse » sonne presque comme une provocation, une invitation à repenser le bonheur hors d’un cadre socialement établi.

Alors le temps de quelques lignes, je vous invite à dire adieu à la vision du couple comme symbole d’épanouissement, et à accueillir avec bienveillance les célibataires assumées. Célibataires et heureuses à 30 ans, à 40 ans ou plus, peu importe, ouvrons notre regard sur ces femmes qui bousculent les codes avec le sourire. Je tiens à remercier du fond du cœur toutes celles qui ont joué le jeu du témoignage pour cet article !

Pourquoi le célibat est source de bonheur pour vous ?

J’ai posé la question suivante : « Pourquoi le célibat est source de bonheur pour vous ? » aux femmes de mon réseau. J’ai vite compris à quel point les réponses interrogent et interpellent. Elles nous obligent à un autre regard, elles nous incitent à voir sans juger. Alors, voici pour vous les phrases clés d’un célibat assumé et heureux.

« Profiter de la vie avec gourmandise »

Célibataire et heureuse, je « profite de la vie avec gourmandise ». La gourmandise !!! Elle évoque tellement de choses : le plaisir intense, la volupté, le sourire, la générosité, le choix. Ici, on parle de cette gourmandise dénuée de culpabilité, celle qui fait croquer la vie à pleine dent.

Profiter de sa vie avec gourmandise est un objectif en soi et non un plaisir ponctuel qui brave les interdits et défie notre mauvaise conscience. Vivre sa vie pleinement, sans complaisance, décider et choisir sans contraintes sont autant d’arguments pour rester célibataire par choix.

« Prendre du temps pour soi et les autres »

« Être libre et célibataire ne veut pas dire être seule » , être célibataire c’est prendre du temps pour soi et les autres. Comme nous l’avons déjà évoqué sur notre blog Pour Elles, nous sommes en permanence sollicitées, connectées, sous pression, dans l’attente constante du besoin des autres. Épuisées, avec comme seule envie de s’isoler, nous pouvons très bien imaginer que le célibat offre cette bouffée d’oxygène nécessaire au « mieux-être pour mieux donner ».

« La paix, la sérénité, la disponibilité, l’envie, la sagesse, le respect, etc., nous inondent », « Profiter au maximum de mes enfants », « Passer des moments avec mes enfants et mes petits-enfants », « Apprécier chaque jour l’amour des belles personnes ». Bien évidemment, nous passons ici sous silence les soirées entre amis qui durent jusqu’à point d’heure, les apéros improvisés, etc., pas de ça entre filles sérieuses !

« Être libre et indépendante »

Ce qui est frappant à la lecture des témoignages, c’est ce sentiment de liberté exprimé quasi-systématiquement : « Être libre et indépendante », « Chaque jour je me sens libre et heureuse », « À bientôt 50 ans, pas de contrainte, libre et heureuse de l’être », « une force incroyable mais surtout un besoin très fort de préserver cette indépendance morale, financière, et physique », « Je suis une femme libre, j’ai repris le contrôle de ma vie », »Amour de soi, indépendance, liberté, liberté, liberté », « Un seul mot : liberté », « Liberté de penser, d’agir, de croire, d’imaginer, de créer, de faire ou non », etc.

Que rajouter ? Il semble vraiment que le célibat choisi soit synonyme de liberté. Il est l’occasion de se reconnecter avec soi-même comme souvent évoqué. Apprendre à se connaître, à se faire confiance, oser et assumer ses envies sans « rendre de comptes », « s’affirmer sans contraintes » , voilà les promesses du célibat choisi et assumé.

Et le regard des autres alors ?

En France, il y a plus de 7 millions de femmes célibataires par choix ou non. Elles sont une cible marketing très convoitée : sites de rencontres, agences de voyages, etc. Elles font partie intégrante de notre sphère socio-culturelle et pourtant ! Le célibat ne semble être majoritairement toléré que s’il est subi. Le couple, et l’individualisme supposé de ces célibataires assumées, entachent ce que certaines défendent comme un idéal de vie.

Le couple modèle a la dent dure

Le couple modèle a la dent dure. Le célibat n’est accepté par autrui que s’il est transitoire et temporaire. Pour beaucoup, il ne peut pas être un choix. Selon trois chercheuses de l’institut national d’études démographiques (INED) : « Le couple reste fortement associé aux idéaux contemporains du bonheur et de l’épanouissement personnel ».

La pression sociale et familiale est bien là, insidieuse, être célibataire et heureuse n’est pas normal. Beaucoup comprendront ce besoin d’indépendance, de liberté, mais la norme est de construire une famille, d’avoir des enfants. L’équilibre de vie ne peut exister que dans le couple. Alors comment expliquer le nombre croissant de divorces, plus de 130 000 en France aujourd’hui ?

Célibat, individualisme et égoïsme : le triptyque infernal

Parce que le couple est la norme, le célibat est forcément la conséquence d’un individualisme grandissant. Un célibataire, parce qu’il refuse de s’aliéner, est forcément égoïste. Ce point de vue est d’autant plus vérifié quand le célibataire est une femme. L’homme est libre, la femme ne peut être complètement indépendante. Elle doit donner de l’amour et une femme aimante est forcément en couple.

Soyons objectifs, la vie en solo n’est pas plus égoïste qu’une vie de couple est altruiste. Être célibataire et heureuse n’est pas une pathologie sociale. Le célibat assumé, c’est se reconnecter avec ses envies, avec ce que l’on aime, c’est s’accorder de l’importance et de l’amour. Célibataire ne veut pas dire esseulée, ce n’est pas un repli sur soi, mais bel et bien une ouverture aux autres. C’est une autre façon de distribuer et de recevoir l’amour.

Célibataire et heureuse c’est possible

Que nos lectrices (ou lecteurs 🙂 ) ne se méprennent pas, cet article ne fait pas l’apologie du célibat. Il vise à apporter un autre point de vue, plus empathique, sur une nouvelle forme de bonheur en solo. Vivre célibataire et heureuse est possible : « Tout est différent, mais rien n’est impossible ». Pour celles qui l’ont choisi, le célibat est synonyme d’ouverture aux autres. Finalement, tout paraît cohérent. Comme nous le disons souvent, l’amour des autres passe avant tout par l’amour de soi-même, alors accordons à chacun le droit de s’épanouir selon ses propres envies et besoins.

Et pour vous accompagner dans cette quête du bonheur, célibataires ou non, je vous invite à lire l’article de ma collègue Maud sur l’affirmation de soi.

Un grand merci à Véro L., Graziella A., Angélique P., Marie Laurence B., Diane B., Audrey L., Sandrine L., Swee T., Betty G., Sherrazade Laurie B., Malika L., Mya C., Sandrine P., Céline S., Alex A., Isabelle G., Valérie LM., San D., Véro A., Cap, Véro L., Lamia L. qui se reconnaîtront et à toutes celles qui se sont livrées avec authenticité.

Bonne lecture et continuez à partager, échanger, donner votre avis pour notre plus grand plaisir.

À très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *