Le mythe de la performance sexuelle

« Alors, c’est un bon coup ? » C’est LA question à un million de dollars. Derrière cette étiquette se cache encore beaucoup d’injonctions qui nous pourrissent la vie au lit. Des complexes physiques, aux pratiques sexuelles codifiées en passant par la pression de l’orgasme comment s’affranchir de la pression de la performance sexuelle ? Zoom sur ce mythe qui à la dent dure.

Définition du bon coup

Qu’est-ce que ça veut dire être un bon coup d’ailleurs ? Qu’est-ce que l’on attend réellement comme réponse lorsque l’on pose cette fameuse question ?

  • carrément ! j’ai eu orgasmes sur orgasmes ;
  • c’était génial, monsieur m’a prise en brouette, j’ai pu travailler mon gainage par la même occasion ;
  • il bandait comme un taureau, j’avais rarement vu un chibre d’une telle ampleur.

Ce ne sont que de simples suggestions.

En réalité la définition du « bon coup » varie selon les individus. Toute comme la beauté est subjective, le sexe l’est aussi. Malheureusement le mythe que la performance sexuelle n’en est pas moins ancrée dans nos têtes.

Ainsi, il conditionne nos comportements sexuels et nous empêche finalement de vivre une sexualité totalement épanouie. À qui la faute ? Principalement à l’industrie pornographique qui véhicule une image complètement erronée des relations sexuelles.

Mais la vie ce n’est pas un film de cul.

Alors qu’est-ce qui nous pousse finalement à se mettre une telle pression sur le dos ? Pourquoi accorde-t-on tant d’importance à nos capacités sexuelles ?

Pour aller plus loin : 6 bonnes raisons pour faire l’amour !

Le regard d’autrui

« Que va-t-il penser de moi ? » Voilà le grand responsable de nos frustrations sexuelles. À l’ère des réseaux sociaux, du « moi je, moi je », l’image que les autres ont de nous est au cœur de toutes nos préoccupations même les plus intimes.

La peur nourrit cette pression de performance. Peur de ne pas être à la hauteur. Peur de ne pas savoir comment si prendre. Peur de passer pour un débutant. Si bien qu’on en oublie l’essentiel.

Cette idée d’incarner ce « partenaire sexuel parfait » que nous nous sommes construit intérieurement nous coupe du moment présent.

Pourtant, les choses seraient bien plus simples si nous prenions juste le temps d’échanger.

Moins dans la tête et plus dans l’instant.

Si chacun a sa propre définition du partenaire sexuel idéal, nous avons tous plus ou moins les mêmes attentes à savoir prendre du bon temps, prendre du plaisir.

Un bon coup c’est avant tout un partenaire dont vous vous souviendrez longtemps tant il aura su assouvir vos désirs. Or, vos désirs ne sont pas ceux de la voisine. Jusqu’à preuve du contraire, vous n’êtes pas livré avec une notice.

Pour aller plus loin : Ces détails gênants au lit dont les hommes se moquent

Apprendre à se connaître

Comment être un bon coup si vous ne connaissez pas les envies de votre moitié ?

Bien souvent, il y a tout un pan de la sexualité qui est mis de côté, mais qui a toute son importance : le sexe en solo.

Au même titre qu’il faut apprendre à être heureux seul pour vivre heureux à deux, il faut être capable de s’épanouir sexuellement seule avant de prendre du plaisir à deux. Qui mieux que vous c’est ce qui vous fait du bien ?

Malheureusement, encore aujourd’hui la masturbation – qui plus est féminine souvent synonyme de honteux, de « sale » – est un sujet tabou. Que ce soit entre femmes, entre copines ou même au sein des couples, hors de question d’évoquer le sujet.

Motus et bouche cousue.

Dans l’imaginaire collectif, si un homme ou une femme en couple s’offre des moments de plaisir personnel alors il n’a plus besoin de son partenaire. Or, c’est bien tout l’inverse. Il est essentiel de se connaître soi-même pour pouvoir guider sa moitié.

Être un bon coup ce n’est pas être devin. En revanche, c’est savoir faire preuve d’écoute, de générosité et de lâcher prise.

Pour aller plus loin : Arrêter le soutien-gorge : Mode d’emploi

L’alchimie

Puis nous devrions cesser d’évoquer l’acte sexuel comme s’il n’y avait qu’une seule personne responsable du plaisir commun. C’est avant tout un moment de partage que l’on vit à deux (ou trois, ou quatre).

Quoi qu’il en soit, il est temps de prendre enfin ses responsabilités. Votre jouissance ne doit pas dépendre entièrement des performances de votre partenaire. Au même titre que faire l’amour ce n’est pas seulement combler ses besoins sans prendre en compte ceux de l’autre.

Vous n’aimez pas quelque chose ? Dites-le. Vous aimez quelque chose ? Dites-le aussi. La sexualité est loin de se résumer à trois positions du Kâma-sûtra, la fellation et la sodomie. C’est un vaste monde qui mérite d’être exploré comme bon nous semble avec notre partenaire idéal.

Nous sommes tous “le bon coup” de quelqu’un, vous ne l’avez peut-être juste pas encore trouvé.

Pour aller plus loin : Orgasme au féminin : tout ce que vous devez savoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *