Microneedling : comment utiliser un dermaroller à la maison ?

Une peau raffermie, des ridules estompées, des pores resserrés… Quel est donc ce remède miracle pour retrouver une véritable peau de bébé ? Pas de panique, vous n’aurez ni besoin de vous rendre dans une clinique esthétique réputée Dieu-sait-où, ni besoin de vendre l’un de vos reins. Non, non ! Vous allez pouvoir observer la magie opérer directement depuis votre salle de bain. Comment ? Quoi ? Qu’est-ce ? Aujourd’hui on discute microneedling et dermaroller.

C’est quoi le microneedling ?

Le microneedling est un soin de la peau non invasif réalisé à l’aide d’un rouleau composé de micro-aiguilles. Comme celui sur la photo juste en haut.

Grâce à ce petit objet de torture, les différentes couches du derme sont micro-perforées afin de stimuler le processus de cicatrisation de la peau.

Pour quoi faire ? Eh bien, ces micros lésions permettent non seulement le renouvellement cellulaire mais boostent également la production de collagène et d’élastine. Il s’agit de loin, l’un des meilleurs traitements pour raffermir sa peau durablement, rapidement, efficacement et tous les autres mots en “ent”.

Les effets du dermaroller

Vous aussi vous allez bientôt pouvoir frimer comme la nana du dessus.

Si le dermaroller est autant prisé ces dernières années, c’est parce que c’est un soin particulièrement efficace. Réduction des rides, atténuation des cicatrices, des pores dilatés ou même des vergetures ! Le microneedling rend à votre peau toute sa jeunesse ainsi que sa souplesse.

Adieu teint terne et abimé, bonjour peau douce et éclatante de santé !

Ça fait rêver, n’est-ce pas ?

Auparavant, le microneedling n’était réalisé qu’en institut. Seuls les dermatologues ainsi que les médecins esthétiques pratiquaient ce soin à des tarifs plutôt élevés… Comptez au minimum une centaine d’euros.

Mais depuis plusieurs années, il est désormais possible de se procurer son propre dermaroller et de profiter de tous ses bénéfices à la maison.

Néanmoins, il ne s’agit pas d’un soin à prendre à la légère. Il y a tout de même quelques règles à suivre si l’on ne veut pas s’abîmer la peau…

Bien choisir son dermaroller

Étant donné que vous êtes sur le point de vous passer plusieurs centaines d’aiguilles sur le visage, on choisit une taille appropriée !

On pourrait croire à tort que plus les aiguilles seront longues, meilleur sera le résultat. En réalité, la longueur des épines importe peu. Toute l’efficacité de ce traitement réside dans sa fréquence de réalisation. Et au contraire. Des pics trop longs pourraient provoquer des coupures ainsi que des infections. Eurk.

Si le microneedling est un des meilleurs traitements, c’est parce qu’il peut être justement pratiqué régulièrement sans abîmer notre peau. Alors, on fait le bon choix d’équipement et on se tourne uniquement vers des dermarollers de 0.1 mm. C’est amplement suffisant.

Aujourd’hui, je ne vous conseillerais pas de rouleau en particulier. Néanmoins, faites très attention à sa provenance. En effet, certains rollers fabriqués en Asie ne sont pas franchement de premier choix. Sans compter que les matériaux utilisés ne sont pas toujours de bonne qualité. Préférez un dermaroller provenant d’un laboratoire par exemple.

L’entretien du dermaroller

Avant toute utilisation, on désinfecte son rouleau ! Outre l’importance de bien se laver les mains (bande de crado), le dermaroller va littéralement pénétrer votre derme. Bien que ce ne soit des aiguilles que d’1 mm, on ne rigole pas avec les bactéries.

De manière générale, on nettoie son outil avant et après chaque utilisation. Vous pouvez utiliser de la biseptine, de l’alcool. L’essentiel, c’est qu’il soit débarrassé de tous les germes qui pourraient être présents. Vous pouvez ensuite le rincer à l’eau tiède.

Très important : le dermaroller doit toujours être ranger dans sa boîte d’origine, complètement sec.

Avec le temps, le rouleau s’use et perd en efficacité. C’est tout à fait normal. De ce fait, il est conseillé d’en changer environ tous les trois mois pour que votre peau continue d’en tirer tous les bénéfices.

Comment utiliser le dermaroller à la maison ?

Ah, enfin nous entrons dans le vif du sujet. Tout d’abord, sachez que comme tous traitements, il existe des contre-indications. Globalement, le microneedling ne fait pas de discrimination. Il est adapté à tous les phototypes : des peaux très claires à très foncées.

Néanmoins, le dermaroller est à tout prix à éviter si vous avez :

  • des plaies
  • de l’herpès
  • une acné vive
  • un psoriasis
  • des lésions cutanées non cicatrisées
  • une peau irritée
  • une peau atopique

Mieux vaut prévenir que guérir. Préférez demander l’avis d’un dermatologue avant de vous lancer dans ce type de traitement si vous avez une peau à problème.

Pour les autres, vous verrez qu’il n’y a rien de bien compliqué !

Première étape : on nettoie correctement sa peau pour la débarrasser de toutes ses impuretés. En somme, vous réalisez votre routine habituelle. L’essentiel, vous l’aurez compris, c’est que tout soit propre pour éviter la prolifération de bactéries.

Le dermaroller à lui tout seul est un soin très efficace. Mais l’idéal, c’est de l’utiliser avec un sérum afin d’apporter à votre peau un véritable concentré d’actifs. Grâce à une formule riche en vitamines (notamment B3, C et E), le combo sérum-roller ne feront que multiplier l’effet anti-âge du traitement. Ainsi, votre derme absorbera d’autant plus le soin que vous lui aurez apporté.

Alors, seconde étape : appliquez votre sérum sur le visage et le cou.

Troisième étape : on passe le dermaroller. Vous allez pouvoir effectuer des mouvements à la verticale, à l’horizontale et à la diagonale sur toutes les parties de votre visage (on évite le contour des yeux et de la bouche).

N’oubliez pas de décoller le dermaroller de votre peau lorsque vous changez de direction, sous peine de vous couper.

Ce n’est pas un soin douloureux en soi, néanmoins, nous ne sommes pas tous égaux face à la douleur. Il n’est pas utile non plus d’appuyer comme un forcené. Passez votre rouleau à votre rythme et surtout respectez vos sensations.

D’ailleurs, ça fait quelle sensation le dermaroller ?

Eh bien, elles diffèrent, notamment selon les parties du visage. Pour ma part, c’est un soin que je trouve très agréable (non, je ne suis pas maso). Malgré tout, mon front et mes tempes ont tendance à être plus sensibles. Généralement, une fois le soin terminé, je ressens plein de petits picotements sur le visage. En revanche, je ne deviens pas particulièrement “rouge” et mon visage ne se met pas non plus à suinter de multiples microgouttes de sang.

Pour terminer, j’aime appliquer un soin hydratant, ou bien tout simplement un gel d’aloe vera. Sa fraîcheur est particulièrement agréable pour apaiser les micros lésions !

Vous pouvez réaliser le traitement 1 à 2 deux fois par semaine, aussi longtemps que vous le souhaitez.

Mon avis sur l’utilisation du dermaroller

Comment me suis-je réveillé un matin en me disant : “tiens, et si je me passais 500 aiguilles sur le visage” ? C’est très simple.

Je me suis lancée dans le microneedling principalement pour améliorer la qualité de ma peau. Voilà, c’est tout.

Non, je rigole.

En réalité, je n’ai jamais vraiment eu de peau à problème. Loin de moins l’envie de me la péter mais, j’ai eu très peu d’acné pour ne pas dire aucune à l’adolescence. Pas spécialement de rougeurs ou d’hyperpigmentations. Ni, de rides d’ailleurs. J’ai bien une petite cicatrice due à une rencontre fortuite avec un poteau qui s’était subitement dressé devant moi plus jeune…

En revanche, pas mal de pores dilatés, un teint plutôt terne et une peau pas très raffermie. Ayant un teint mat l’été, l’hiver c’est une catastrophe. Lorsque je ne vois pas assez le soleil, j’ai franchement l’air malade et déprimé en permanence. Sans oublier que j’ai hérité des cernes très marqués des femmes de ma famille. Que voulez-vous, on ne peut pas tout avoir.

Combiné à un sérum concentré à l’huile d’argousier, j’ai pu observer une réelle amélioration de ma peau. Et je dois dire que dans ma jeunesse, j’en ai fait des soins, des gommages, des masques, sans jamais avoir vraiment la sensation de voir une différence.

Désormais, je suis passé à une routine 100 % naturelle, slow cosmétique et franchement très minimaliste. Mais ce qui est certain, c’est que je continuerai le dermaroller aussi longtemps que je pourrais voir ses bénéfices.

Mon grain de peau s’est affiné. Mon visage est repulpé. Mes pores resserrés. Non, franchement, je l’ai carrément adopté.

À vous d’essayer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *