Fatigue mentale et fatigue physique, quelles différences ?

La fatigue est un mal qui touche près de 20 % de la population. Elle fait partie des motifs les plus courants de consultation chez un médecin. Quand elle est due à un surcroît passager d’activité ou à une activité physique intense, la fatigue est le plus souvent anodine. Cependant, elle peut aussi cacher d’autres affections. Parfois, il peut être difficile de faire la différence entre une fatigue simplement physique et une fatigue mentale, plus insidieuse qui, non traitée, peut évoluer vers des pathologies psychologiques plus graves. Voici comment reconnaître la fatigue mentale d’une bonne fatigue physique.

La fatigue physique : sa définition médicale

Dans le milieu médical, la fatigue physique ou “asthénie” est définie comme un état physiologique résultant de contraintes physiques ou psychologiques et entraînant une diminution des capacités cognitives ou physiques. Généralement, si elle n’est pas liée à une pathologie, la fatigue passe avec une mise au repos.

En effet, lorsque l’on fait beaucoup de sport au cours d’une journée, on a naturellement envie de se reposer ou de dormir pour repartir du bon pied. Dans ce type de fatigue, le corps est dans un cycle normal qui consiste à se dépenser puis à recharger son énergie. C’est pour cela que l’on appelle la fatigue physique “bonne fatigue”.

A lire pour aller plus loin : Fatiguée ? C’est peut-être une carence en iode !

La fatigue mentale : des symptômes différents

Bien que de nombreuses personnes aient du mal à faire la différence entre les deux types de fatigue, la fatigue mentale se définit plutôt comme une “usure des capacités d’adaptation due à une surexposition trop longue à des stimulis divers, à une pression constante.” La fatigue mentale se rapporte donc aux stimulations cognitives, celles qui agissent directement sur notre cerveau.

Les symptômes de la fatigue mentale peuvent être de différents niveaux suivant son intensité. Les signes suivants peuvent vous aider à tirer la sonnette d’alarme avant que ce ne soit trop tard :

  • une baisse de patience ;
  • des difficultés de concentration ;
  • des troubles du sommeil, et plus particulièrement de l’endormissement ;
  • une instabilité émotionnelle ;
  • un empêchement à profiter des plaisirs simples ;
  • un état anxieux voire dépressif ;
  • un épuisement ou burn-out.

En cause dans ces symptômes de fatigue mentale ? L’hormone du stress, principalement, qui envoie des signaux négatifs à notre corps afin de le faire réagir. Ce dernier régit en ralentissant notre métabolisme. C’est pourquoi la fatigue ressentie peut être si intense et se confondre avec une fatigue physique, même si on n’a pas eu d’activité physique au cours de la journée. En fait, le corps et l’esprit sont si liés que l’un et l’autre peuvent nous jouer des tours.

A lire pour aller plus loin : Stress et fatigue : la boucle à briser

Lutter contre la fatigue mentale : comment faire?

Quand on dit que la fatigue physique est une “bonne fatigue”, c’est que l’on préfère généralement aller se coucher avec la certitude de bien dormir, l’esprit apaisé. Alors, pour lutter contre la fatigue mentale, pourquoi ne pas chercher à la convertir en fatigue physique ?

Nous l’avons tous et toutes vécu pendant les différents confinements, rester à la maison entre le travail et les tâches ménagères nous amène une grande fatigue, mais au moment de trouver le sommeil, c’est une autre histoire ! La clé, c’est de se dépenser au cours de la journée afin de développer des endorphines qui favoriseront la détente et la relaxation à la fin de la journée.

Si malgré tout, les pensées négatives et les ruminations se font trop nombreuses, il faut occuper son esprit autrement. Le sport fait partie des moyens les plus efficaces de se vider l’esprit, mais la musique et les arts créatifs sont tout aussi efficaces. A vous de trouver ce qui vous remplit d’énergie positive !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *