Manque de confiance en soi : 30 jours pour changer

Il faut que je vous avoue quelque chose…

Je suis une ancienne grande timide (mais vraiment trèèèès timide).

Quand je suis entré au CP, à l’école primaire, j’ai mis près d’un an à dire un simple “bonjour” à ma sympathique maîtresse. J’avais 6 ans. Ma scolarité commençait mal…

Années après années, mes bulletins scolaires se ressemblaient : “Stéphanie doit participer en classe et s’ouvrir aux autres”.

C’est bien simple, le son de ma voix, je le réservais aux “intimes”.

Ma grande timidité me rongeait. Je n’avais pas confiance en moi, ni en mes capacités à interagir avec les autres. Je me disais que je n’arriverai jamais à parler à une personne inconnue sans être tétanisée, clouée sur place par la peur et l’angoisse.

J’ai vécu de longues années de souffrance vis-à-vis de ce manque de confiance. Plus j’essayais de m’ouvrir aux autres, moins j’y arrivais. Et plus je perdais confiance, plus je me dévalorisais.

Bon… Je ne suis plus une gamine. J’ai réussi à prendre sur moi depuis. Mais petite, j’étais loin d’imaginer ce que j’allais réussir à accomplir tout au long de ma vie.

Une timide qui travaille dans la communication, coache des entrepreneurs, anime des formations. Le tout avec assurance et confiance… C’est toujours surprenant pour moi quand je repense à ces années de torture mentale.

Et vous savez quoi ? Si j’ai réussi à aller de l’avant, vous aussi pouvez le faire.

Il n’y a pas de secret bien gardé. J’ai employé des méthodes simples dont je vous parle tout de suite et que vous pourrez appliquer en un mois pour reprendre confiance en vous.

Vous êtes prêtes ? Aujourd’hui, on va booster votre subconscient…

PS : Promis, ça ne fait pas mal.

Manquer de confiance en soi : une histoire de subconscient

Avant de rentrer dans le vif du sujet, j’aimerai d’abord vous expliquer l’une des principales causes de votre manque de confiance en vous. Et ça peut paraître étonnant, car il s’agit d’un élément qui agit “malgré vous”…

Le but est donc de vous aider à comprendre le fonctionnement des mécanismes inconscients qui amènent à une faible estime de soi.

Confiance en soi : et si votre subconscient vous jouait des tours ?

Imaginez que votre cerveau est un ordinateur. Il reçoit des millions d’informations chaque jour. Comme il ne peut pas toutes les traiter, il possède un logiciel interne (le subconscient) qui traite toutes ces infos en arrière plan.

Pourquoi procède-t-il ainsi ? Parce qu’il ne doit pas ralentir tout le reste de “l’ordinateur” (le reste du cerveau) pour ne pas mettre en péril tout le “système” (l’être humain).

Prenons un exemple concret ! Si je vous demande combien de décisions vous prenez tous les jours… Quelle serait votre réponse ?

Allez-y. Réfléchissez 2 minutes avant de continuer votre lecture.

Vous pensez avoir le résultat ? Multipliez le par 10 et inscrivez votre réponse en commentaire, puis revenez ici voir la réponse.

————————————————————————————————–

————————————————————————————————–

————————————————————————————————–

————————————————————————————————–

————————————————————————————————–

Allez, je ne vous fais pas languir plus longtemps.

Tous les jours, vous êtes confrontées à 35 000 décisions. Ça vous paraît impossible ? Énorme ? Surprenant ?

Imaginez-vous en train de sortir de votre lit le matin :

  1. Vous décidez d’éteindre votre réveil (ou vous choisissez de le laisser sonner encore pour profiter de quelques minutes de sommeil supplémentaire).
  2. Si vous éteignez votre réveil, vous allez choisir de tendre votre bras gauche, ou votre bras droit, ou n’importe quelle autre partie de votre corps qui pourra projeter votre réveil contre le mur pour qu’il s’arrête…
  3. Vous décidez ensuite d’appuyer sur le bouton du réveil pour l’éteindre.
  4. Vous faites le choix de ramener votre bras le long de votre corps ou de vous ré-allonger confortablement avant de vous lever.
  5. Entre temps, vous décidez d’inspirer et d’expirer (faut quand même rester en vie dans l’histoire).
  6. Puis vous choisissez d’ouvrir les yeux (si ce n’est pas déjà fait).
  7. Tiens… et si vous décidiez de vous étirer ?
  8. Prochaine étape : vous choisissez d’enlever votre couette avant de vous lever.
  9. Et vous décidez de vous tourner (car vous êtes sur le dos) pour vous préparer à sortir de votre lit.
  10. …………..

9 décisions. Au réveil. Et vous n’êtes pas encore sortie de votre lit…

Est-ce qu’il vous faut des heures pour réfléchir à tout ça ?

Non.

Quelques micro-secondes suffisent…

Votre subconscient fait le job pour vous, sans que vous ne vous en rendiez compte.

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Quel est le rapport avec le manque de confiance en soi ?

Laissez-moi vous dire une chose : tout est lié.

Votre cerveau décide de mener certaines actions sans vous “consulter”. En réalité, votre subconscient vous joue des tours. il agit de manière automatique en fonction des informations qu’il possède.

Votre zone de confort vous empêche d’oser…

Si je reprends ma comparaison entre le cerveau et l’ordinateur, on s’aperçoit que nous ingurgitons un nombre impressionnant d’informations et d’émotions tous les jours. Ces informations et émotions sont présentes en nous, sans que nous en ayons vraiment conscience.

Votre subconscient se charge de la partie “stockage” pour ne pas vous surcharger d’informations et d’émotions. Pourquoi ? Parce vous n’en avez tout simplement pas besoin au quotidien.

En revanche, dès que vous en avez besoin, il est là pour agir en quelques secondes. Et si vous le laissez faire, vous restez dans votre zone de confort, pris au piège dans une sorte de cercle vicieux.

Le petit hic, c’est que quand il fait ça, vous ne vous n’en êtes pas conscientes. Du coup, vous pouvez vous retrouver avec un ressenti ou une émotion négative sans trop savoir pourquoi. Juste parce que votre subconscient a associé une information à laquelle il a déjà été confronté à des émotions négatives.

Imaginons que vous devez intervenir devant un public de 50 personnes et que vous avez déjà été confrontée à cette situation par le passé. Si vous avez ressenti une immense difficulté à affronter le regard des autres, votre subconscient fera tout ce qui est en son pouvoir pour vous dissuader de revivre ce moment d’inconfort.

Il vous fera revivre ces émotions négatives dès que vous sentirez les regards braqués sur vous comme lors de votre ancienne prise de parole.

Votre subconscient vous protège de la surcharge mentale. Mais il vous empêche aussi d’évoluer en reproduisant des schémas que vous avez ancré en vous sans vous en rendre compte.

S’il a emmagasiné une information concernant votre manque de confiance, il va agir en conséquence pour confirmer ce qu’il sait déjà.

Du coup, vous vous retrouvez dans un cercle vicieux, à ne pas oser faire les choses, parce que la partie consciente et la partie subconsciente de votre cerveau sont en pleine lutte.

Bon OK… C’est bien joli tout ça, mais concrètement, comment on fait pour avoir plus confiance en soi quand notre subconscient nous empêche d’aller de l’avant ?

Comment avoir confiance en ses capacités ? 30 jours pour changer

Il existe de nombreuses méthodes pour booster sa confiance. Je pourrai vous en parler pendant des heures, mais ce n’est pas le but.

Je vais vous parler de méthodes que j’utilise en sessions de coaching parce que je sais qu’elles sont efficaces (si elles sont suivies avec sérieux et une motivation profonde de changement).

Développer sa confiance en soi avec la reprogrammation mentale

La programmation mentale… kezako ?

Comme nous l’avons vu plus haut, votre cerveau a été programmé pour filtrer vos émotions et informations.

S’il a été conditionné en mode “je n’ai pas confiance en moi”, il va faire en sorte d’agir comme à son habitude. Si vous lui suggérez de nouvelles pensées et émotions, au bout d’un certain temps (ici 30 jours) vous commencerez à vous sentir mieux dans vos baskets face à certaines situations qui vous frustrent, et qui fait que vous vous dévalorisez.

Concrètement, en quoi ça consiste ? Il existe différentes manières de procéder, comme l’hypnose ou l’auto hypnose. Ça demande un peu de pratique pour avoir des résultats ou d’aller voir un spécialiste.

Mais vous pouvez faire autrement…

Connaissez-vous les affirmations positives ?

Si ce n’est pas le cas, voici comment procéder pour reprendre confiance en vos capacités d’ici le mois prochain.

#1 Phrases positives pour booster votre confiance en vous

Formuler des phrases positives va vous aider à reprogrammer vos schémas de pensée.

La manière de les formuler est importante, car votre subconscient perçoit les phrases à tournures négatives comme étant négatives (même si elles ne le sont pas).

Formulez des phrases en disant “je veux” au lieu de “je ne veux plus” ou “je suis” au lieu de “je ne suis pas”.

#2 Donnez du sens à vos formulations pour reprendre confiance

Ces phrases doivent avoir un sens pour vous. Commencez doucement, selon votre niveau de doute et de confiance. Soyez réaliste et indulgente envers vous-même.

Il est inutile de vous dire que vous êtes capable d’animer un séminaire devant 300 personnes si l’idée de parler devant vos collègues de travail en réunion vous tétanise.

Allez-y progressivement en commençant par “je suis capable de prendre la parole en réunion avec mon manager”.

#3 Trouver le bon moment pour vos affirmations positives

Tous les jours, pendant 30 jours (minimum), vous allez prononcer (à haute voix ou dans votre tête) ou écrire 3 phrases positives vous concernant.

Faites cet exercice une fois par jour, toujours au même moment de la journée.

Envisagez ça comme si vous preniez un traitement médical. Si votre médecin vous prescrit un traitement d’un mois, il vous sera plus facile de prendre vos médicaments au même moment tous les jours (avant de manger, avant de vous coucher, etc.).

En revanche, si vous ne le faites pas, il est fort probable que vous oubliez votre traitement.

#4 Ressentez vraiment ce que vous vous dites

Dernier point (et non des moindres), à chaque fois que vous prononcez ces phrases (dans votre tête, à haute voix ou à l’écrit), pensez au sentiment que cela vous procure.

Si vous vivez ce moment d’intimité avec vous-même comme une contrainte, ça n’aura aucun effet… à part de vous avoir fait perdre votre temps !

Vous devez y croire, sinon votre subconscient n’y prêtera aucune attention. Si vous n’êtes pas convaincue, vous n’arriverez à convaincre personne (même pas votre cerveau).

Avant de prononcer vos phrases ou de les écrire, visualisez ce que vous ressentirez.

Prenons un exemple. Vous avez envie de dépasser votre grande timidité face à une personne qui vous impressionne.

Maintenant, fermez les yeux et imaginez-vous hyper à l’aise lorsque vous discutez avec cette personne.

Que ressentez-vous ? De la fierté ? De la joie ? Une libération ? C’est bon. Vous tenez votre émotion forte. Vous pouvez prononcer votre affirmation positive parce que vous ressentez un sentiment positif.

Vous envoyez un message à votre subconscient et vous lui dites “je suis heureuse d’aborder une personne qui m’impressionne”.

Retrouver confiance avec un journal de bord

Quand je parle de journal de bord, certaines personnes fuient, d’autres me disent qu’elles n’aiment pas écrire, qu’elles ne sauraient pas quoi dire, que leur vie est inintéressante ou qu’elles ont passé l’âge de tenir un journal intime…

D’un autre côté, certains sont sceptiques mais ont envie de tenter l’expérience, sans être particulièrement convaincus.

Et puis il y a ce dernier groupe qui adhère complètement et qui adore l’idée.

Qu’elle que ce soit votre position, je vous propose de tester. Et de le faire à fond, même si vous pensez que ça ne fonctionnera pas. Après tout, si vous avez déjà essayé plein de choses pour vous défaire de votre manque de confiance, pourquoi ne pas tester autre chose qui pourrait vraiment marcher pour vous ?

Mais si vous décidez de tester cette méthode pendant 30 jours, faites-le à fond !

Saviez-vous que vous avez besoin de 7 à 10 jours pour vous trouver une excuse avant de laisser tomber une nouvelle habitude ? Qu’il faudra 30 jours pour que cette habitude soit ancrée en vous consciemment ? Et que vous aurez besoin de 66 jours pour qu’elle devienne inconsciente ?

#1 En quoi un journal de bord va vous aider à reprendre confiance en vous ?

Tenir un journal n’est pas facile. On va se trouver plein d’excuses pour ne pas s’y mettre (un peu comme le régime et/ou le sport). Il vous faudra une bonne semaine (ou moins) avant de laisser tomber.

Mais je sais également à quel point cet exercice peut faire des merveilles. Vous savez pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas de meilleur moyen pour constater nos progrès qu’en tenant un journal de bord.

Nous avons tous tendance à nous focaliser sur le négatif, beaucoup plus que sur le positif.

Ainsi, vous vous souviendrez de ce moment où vous êtes tombée de vélo devant vos amis. Ou du moment où toute la classe s’est moquée de vous durant un exposé. Ou encore de cet instant où votre manager vous a fait sentir qu’il n’était pas satisfait de vous durant votre entretien annuel.

Mais qu’en est-il de ce jour où vous avez appris faire du vélo sans tomber ? De ce jour où vous avez réussi à écrire une phrase sans faire une seule faute d’orthographe ? Ça vous semble banal aujourd’hui ? Pourtant, le jour où vous avez accompli ce “petit miracle”, vous étiez fière de vous, non ?

Tenir un journal vous pousse à faire des choses que vous n’osez pas faire, à vous lancer des défis et à savourer vos efforts et vos réussites. Mais aussi à prendre conscience que vos échecs ne sont pas immuables.

#2 Prenez un engagement envers vous-même

Si vous acceptez de tenir un journal de bord, commencez-le en écrivant le texte suivant sur la première page de votre nouvelle vie :

“Le [date].

Moi, [votre prénom], je m’engage à écrire tous les jours sur ce journal de bord pour atteindre l’objectif suivant [décrire votre objectif de manière précise et pourquoi vous avez besoin de l’atteindre] pendant les 30 prochains jours à compter d’aujourd’hui.

Pendant ces 30 jours, chaque jour je décrirai ma journée (les moments positifs et négatifs) sans me censurer. 

Si à l’issue des 30 jours je ressens une amélioration dans ma vie ou par rapport à mon objectif, je m’engage à continuer pendant au moins 36 jours de plus pour ancrer cette habitude bénéfique pour moi. 

Régulièrement, je prendrai le temps de relire mon évolution, d’apprécier le chemin que j’ai parcouru et de prendre conscience que je peux atteindre mes objectifs et m’y tenir.”

Pourquoi écrire ces lignes sur votre journal de bord ? Pour vous rappeler que vous avez fait un choix important pour vous et que vous allez vous y tenir. Le fait d’écrire renforce toujours un engagement. Et en cas de “coup de mou”, venez relire ces lignes pour vous remotiver.

Prenez le temps de bien choisir vos objectifs pour que votre motivation ne faiblisse pas.

Projetez-vous dans le futur… Qu’est-ce que votre manque de confiance vous empêche de faire aujourd’hui ? En quoi est-ce pénalisant pour vous (et votre entourage) ?

Que pourriez-vous accomplir si vous osiez sortir de cette spirale qui vous paralyse ?

Vous pouvez vous servir de ces techniques pour beaucoup de choses dans votre vie de tous les jours. Pour arrêter de fumer. Pour atteindre vos objectifs professionnels et personnels.

À vous de les adapter en fonction de vos besoins.

Et surtout, soyez indulgentes avec vous. Rome ne s’est pas fait en un jour.

Fixez-vous des objectifs réalistes, en lesquels vous croyez et qui vous motivent.

Agissez. Tous les jours.

Affirmez-vous et soyez fière de qui vous êtes et du chemin que vous avez parcouru jusque là.

Vous êtes capables de beaucoup plus que ce que vous pensez 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *