L’homéopathie : pour ou contre ?

56 % des Français disent avoir eu recours à l’homéopathie au moins une fois. On peut trouver des médicaments homéopathiques dans toutes les pharmacies en France, et certaines familles ne jurent que par cela pour se guérir.

Pourtant, son usage est encore controversé et les détracteurs de l’homéopathie sont nombreux, remettant en cause son efficacité. Les traitements homéopathiques ne seront d’ailleurs plus remboursés par la Sécurité sociale d’ici 2021.

Alors grâce à cet article, vous pourrez enfin vous faire votre propre avis : pour ou contre l’homéopathie ? Quels sont ses bienfaits ou ses dangers, et quelles sont les raisons du débat autour de cette médecine alternative ?

Comment fonctionne l’homéopathie ?

Apparue dès le 18e siècle, l’homéopathie se base sur le principe de similitude. Cela signifie que si l’on arrive à provoquer des symptômes chez un patient sain avec une substance, on en déduit que l’on peut guérir un sujet présentant ces mêmes symptômes avec cette même substance. En clair, on “soigne le mal par le mal”. Parmi ces substances, on en trouve déjà près de 3 000 différentes, toutes d’origine animale, végétale ou minérale.

L’homéopathie part également du postulat que le corps peut se régénérer et se soigner tout seul. Le second principe utilisé est celui de la haute dilution : la substance active est fortement diluée, et administrée au patient. On cherche alors à stimuler la capacité d’auto-guérison du corps. Elle fait donc partie du groupe des médecines douces, au même titre que la médecine chinoise, la naturopathie et la phytothérapie.

Pour : les bienfaits de l’homéopathie

La prévention des maladies

1 médecin sur 3 prescrit quotidiennement des remèdes homéopathiques à ses patients, soit plus de 20 000 médecins en France. En effet, l’homéopathie est souvent utilisée pour prévenir les maladies saisonnières, soulager des cycles menstruels douloureux ou encore diminuer l’eczéma. Vous pouvez aussi utiliser des remèdes homéopathiques pour soigner un rhume naturellement, perdre du poids, soulager votre stress ou un mal de crâne. Ses usages sont assez généraux et conviennent à la plupart des maladies virales ou bactériennes.

Une alternative intéressante pour les enfants

De plus, des études ont révélé que l’homéopathie était particulièrement efficace sur les enfants. Solution idéale pour les petits maux, elle n’apporte pas d’effets secondaires. Parce que c’est une médecine douce, avec des substances très diluées, elle peut aussi être utilisée sur les nouveaux-nés et les nourrissons sans dangers. Soyez simplement bien à l’écoute de votre enfant, et choisissez un professionnel de santé (si possible conseillé par l’un de vos proches) pour vous accompagner et suivre les progrès de votre famille régulièrement.

La diminution des effets secondaires

L’homéopathie est également très efficace pour diminuer les effets secondaires dus aux traitements plus lourds, et soulager le patient. Elle n’est pas faite pour soigner des maladies graves, comme le cancer, mais peut être utilisée en accompagnement. Les traitements homéopathiques ont également fait leur preuve quant à la réduction des symptômes chez les porteurs du VIH.

Contre : prenez-vous des risques avec l’homéopathie ?

Effet placebo ?

Pour ses détracteurs, l’homéopathie n’a donc qu’un effet placebo. La dilution de la substance active est si forte qu’elle ne peut avoir d’efficacité à proprement parlé. Si le patient guérit, c’est simplement grâce à des mécanismes physiologiques et psychologiques : il est convaincu qu’il va guérir, et donc il guérit. Cela ne prouve donc en aucun cas que le médicament homéopathique était efficace.

Non approuvée par la science

Le problème ne vient donc pas de l’homéopathie en elle-même, mais de la manière dont elle est représentée. Puisqu’elle ne constitue pas un traitement actuellement prouvé et approuvé par la science, elle ne doit pas être considérée comme telle. L’homéopathie ne doit alors surtout pas être utilisée pour soigner des maladies graves, ou qui risquent de le devenir. En aucun cas, elle ne peut remplacer les antibiotiques ou les médicaments pharmaceutiques.

Pourquoi l’homéopathie ne sera plus remboursée ?

En juin 2018, l’Ordre des médecins a statué contre l’homéopathie et son remboursement par la Sécurité sociale. Mais pourquoi ? Et bien selon eux, les effets thérapeutiques de l’homéopathie n’ont pas été prouvés et n’ont rien d’une science. Soigner des maladies avec ce procédé serait donc comme jouer aux jeux de hasard : parfois on gagne et on guérit, mais souvent c’est inefficace.

Les traitements homéopathiques sont actuellement moins chers que les médicaments classiques. Mais le taux de prise en charge par la Sécurité Sociale va passer de 30 % à 15 % en 2020, puis à 0 % en 2021. Si vous avez à l’idée d’une transition vers des médecines alternatives comme l’homéopathie, prenez en compte cette variable dans votre budget. Il est toutefois possible de trouver des complémentaires santé favorables à l’homéopathie, qui prendront en charge une partie de vos soins.

Cette mesure prise par les professionnels de santé reste cependant assez impopulaire, et cela n‘empêchera pas les médecins pro-homéopathie d’en prescrire, et les Français déjà convaincus par les traitements de continuer sur leur lancée.

En résumé

L’homéopathie n’a pas d’effets négatifs sur les patients, on lui attribue au contraire beaucoup de bienfaits. Elle peut soulager les maux du quotidien, les désagréments féminins (ménopause, cycles menstruels, etc.), améliorer le sommeil ou prévenir les maladies saisonnières.

Quant à savoir si les traitements sont vraiment efficaces, cela dépend : certains, comme les enfants, vont y être très réceptifs, et d’autres n’y verront aucun effet. L’effet placebo joue probablement un rôle important dans la guérison du patient. Son efficacité est donc très subjective et personnelle.

L’homéopathie est donc controversée non pas pour son fonctionnement en lui-même, mais pour la description que l’on en fait parfois, comme d’un procédé naturel qui peut remplacer tous les autres médicaments. Il faut donc simplement nuancer le propos : l’homéopathie est sans risque et peut être administrée sans danger, mais elle ne convient pas pour les maladies graves ou les traitements profonds.

Si vous avez envie de tester, foncez ! L’essentiel, c’est d’être à l’écoute de son corps. Et vous pouvez toujours varier entre médicaments traditionnels et médecines naturelles, comme l’homéopathie, pour tirer profit du meilleur des deux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *